AP3C

Les cartes climatiques et agro-climatiques AP3C

La collaboration entre expertise climatique et géographique a permis au projet de produire 513 cartes du Massif central au pixel 500 m, représentant la totalité des indicateurs climatiques et agro-climatiques produits par AP3C.
 

Vous trouverez ci-dessous les 171 cartes en valeurs médianes, directement téléchargeables. Les cartes en déciles extrêmes sont disponibles sur demande.

Un indicateur de qualité est associé à chacune des cartes, indicateur valable sur le territoire du Massif central et sa périphérie immédiate : 

Un indicateur de qualité est associé à chacune des cartes : 

Qualité 1 : Usage intégral sans limitation de résolution, en couche individuelle et en composition de couches. 

Qualité 2 : L’incertitude de spatialisation ou le bruit apparent sont détectables. Un usage à résolution dégradée par agrégation de pixels est suggéré. 

Qualité 3 : L’incertitude de spatialisation et/ou le bruit apparent sont sensibles ; ne pas utiliser directement les valeurs obtenues au pixel. L’agrégation des pixels pour une résolution moins fine est impérative en application opérationnelle. 

Qualité 4 : La localisation et la précision des informations est très limitée. Pas d’usage direct en dehors d’une prise de connaissance qualitative à grande échelle. 

Les cartes climatiques

Les cartes agro-climatiques

Les cartes climatiques

Bilan hydrique potentiel

Température moyenne

Cumul de précipitations

Evapo-transpiration potentielle

Bilan hydrique potentiel

Bilan hydrique potentiel (BHP) annuel

BHP Annuel
2000

Qualité : 1
Erreur-type : 65mm

BHP Annuel
Evolution 2000-2050

Qualité : 2
Erreur-type : 11mm

BHP Annuel
2050

Qualité : 2
Erreur-type : 88mm

Commentaires et interprétations

L’évolution du BHP annuel est assez bruitée mais elle fait apparaître néanmoins une répartition géographique claire et explicitable. Sur une moitié nord à nord-est, la dégradation de ce BHP est de l’ordre de 100mm en 50 ans. Sur l’autre moitié, on retrouve un gradient de 100 à 250mm de dégradation en allant vers le sud à sud-ouest.

Les cartes directes aux échéances 2000 et 2050 font apparaître énormément de détails vraisemblables en adaptation aux reliefs de proximité. Le décalage vers un excédent moins important ou un déficit plus sévère est généralisé. La gamme de BHP qui pouvait atteindre de -300 à +800mm, se décale de -500 à +700mm.

L’équilibre spatial qui existait en 2000 entre les zones en excédent et les zones en déficit est totalement rompu en 2050 avec environ 4 fois plus de surfaces en déficit qu’en excédent. La zone de déficit de 450mm annuel (qui est parfois considérée comme une caractéristique de la limite du climat méditerranéen) était marginale en 2000 mais elle s’étend sur une surface équivalente à un département en 2050, s’installant parfois au cœur du Massif.

Bilan hydrique potentiel (BHP) Automne

BHP Automne
2000

Qualité : 
Erreur-type : 

Cliquez pour télécharger la carte

BHP Automne
Evolution 2000-2050

Qualité :
Erreur-type :

Cliquez pour télécharger la carte

BHP Automne
2050

Qualité :
Erreur-type :

Cliquez pour télécharger la carte

Commentaires et interprétations

A modifier

Bilan hydrique potentiel (BHP) Eté

BHP Eté
2000

Qualité : 
Erreur-type : 

Cliquez pour télécharger la carte

BHP Eté
Evolution 2000-2050

Qualité :
Erreur-type :

Cliquez pour télécharger la carte

BHP Eté
2050

Qualité :
Erreur-type :

Cliquez pour télécharger la carte

Commentaires et interprétations

A modifier

Bilan hydrique potentiel (BHP) Hiver

BHP Hiver
2000

Qualité : 
Erreur-type : 

Cliquez pour télécharger la carte

BHP Hiver
Evolution 2000-2050

Qualité :
Erreur-type :

Cliquez pour télécharger la carte

BHP Hiver
 2050

Qualité :
Erreur-type :

Cliquez pour télécharger la carte

Commentaires et interprétations

A modifier

Bilan hydrique potentiel (BHP) Printemps

BHP Printemps
2000

Qualité : 
Erreur-type : 

Cliquez pour télécharger la carte

BHP Printemps
Evolution 2000-2050

Qualité :
Erreur-type :

Cliquez pour télécharger la carte

BHP Printemps
2050

Qualité :
Erreur-type :

Cliquez pour télécharger la carte

Commentaires et interprétations

A modifier

température moyenne

Température Moyenne Annuelle

Température Moyenne Annuelle
2000

Qualité : 1
Erreur-type : 0,20°C

Cliquez pour télécharger la carte

Température Moyenne Annuelle
Evolution 2000 – 2050

Qualité : 2
Erreur-type : 0,02°C

Cliquez pour télécharger la carte

Température Moyenne Annuelle
2050

Qualité : 1
Erreur-type : 0,18°C

Cliquez pour télécharger la carte

Commentaires et interprétations

La température moyenne annuelle évolue graduellement du Sud-Ouest vers le Nord-Est du domaine de +1,8°C à +2°C en 50 ans. Cependant, même sur ce paramètre aussi basique et « tamponné », les différences intra-départementales peuvent être sensibles. Certains départements contiennent toute la gamme des coloris avec des variations de +/- 15% autour de la valeur centrale. L’effet de certaines vallées encaissées peut être saisissant (voir l’Ardèche par exemple).
Si on compare manuellement les échéances 2000 et 2050, on peut voir qu’en 2000 les zones impactées par des températures moyennes supérieures à 13,2°C étaient marginales et concernaient quelques vallées encaissées du Lot et une frange Sud-Est du Massif. En revanche, en 2050 c’est environ ¼ de la surface du Massif qui est concernée avec des zones touchées dans chacun des départements. Quant aux températures froides (inférieures à 6,7°C en moyenne annuelle) qui concernaient les zones les plus élevées de 7 départements montagneux, elles ne se présenteront plus que marginalement sur le Plomb du Cantal et les altitudes sommitales du Sancy.

Température Moyenne de l’Automne

Température Moyenne de l’Automne
2000

Qualité : 1
Erreur-type : 0,19°C

Cliquez pour télécharger la carte

Température Moyenne de l’Automne
Evolution 2000 – 2050

Qualité : 2
Erreur-type : 0,06°C

Cliquez pour télécharger la carte

Température Moyenne de l’Automne
2050

Qualité : 1
Erreur-type : 0,16°C

Cliquez pour télécharger la carte

Commentaires et interprétations

Les coloris contrastés de la carte d’évolution ne doivent pas faire illusion. Ils correspondent à des plages de valeurs beaucoup plus restreintes que pour les autres saisons. Les évolutions sont relativement modérées et peu variables entre +0,8 et +1,6°C en 50 ans sur le domaine. La localisation géographique est beaucoup plus importante que les configurations de reliefs. De manière limitée, on peut voir une corrélation entre la hausse des températures et celle des précipitations (voir cartes ad-hoc) sur la zone cévenole, probablement due à l’apport d’air méditerranéen, relativement plus doux en cette saison. Pour les autres zones d’élévation relativement rapide (supérieure à 1,4°C en 50 ans), soit la Creuse et les Combrailles, il n’y a pas de causalité évidente.

La comparaison directe entre les échéances 2000 et 2050 confirme l’évolution relativement uniforme et modérée, à la hausse.

Température Moyenne de l’Eté

Température Moyenne de l’Eté
2000

Qualité : 1
Erreur-type : 0,19°C

Cliquez pour télécharger la carte

Température Moyenne de l’Eté
Evolution 2000 – 2050

Qualité : 3
Erreur-type : 0,33°C

Cliquez pour télécharger la carte

Température Moyenne de l’Eté
2050

Qualité : 2
Erreur-type : 0,30°C

Cliquez pour télécharger la carte

Commentaires et interprétations

Même si on peut trouver durant l’été quelques zones de forte élévation de température, jusque +2,8°C en 50 ans en périphérie du domaine, c’est aussi en cette saison qu’on trouve le plus de stabilité et même de légères diminutions des températures, jusque -0,7°C en 50 ans. Ce constat est à mettre en corrélation avec l’évolution des précipitations et sera donc développé par la suite avec les cartes correspondantes. Notons que dans la mesure où la zone concernée (frontière entre Haute-Loire et Lozère ainsi que Est du Cantal) comprend plusieurs stations, qui ont été étudiées indépendamment, ceci ne peut être un artefact et va à l’encontre de ce qui est annoncé habituellement. Pour cette saison, la localisation géographique est bien plus importante que les diverses configurations de reliefs.

De manière cohérente, la comparaison directe des échéances 2000 et 2050, fait apparaître des zones de maintien des températures froides alors qu’à d’autres endroits le décalage est rapide.

Température Moyenne de l’Hiver

Température Moyenne de l’Hiver
2000

Qualité : 1
Erreur-type : 0,23°C

Cliquez pour télécharger la carte

Température Moyenne de l’Hiver
Evolution 2000 – 2050

Qualité : 3
Erreur-type : 0,40°C

Cliquez pour télécharger la carte

Température Moyenne de l’Hiver
2050

Qualité : 2
Erreur-type : 0,23°C

Cliquez pour télécharger la carte

Commentaires et interprétations

Contrairement à ce qui est souvent indiqué par ailleurs, c’est en hiver que l’on trouve les plus fortes valeurs d’élévation de températures, jusque +5°C en 50 ans sur le domaine. Dans la mesure où cet effet est repéré sur plusieurs stations étudiées indépendamment, ça ne peut être un artefact. La violence du phénomène conduit à soupçonner des processus de changement d’état et de modification d’albédo, probablement une désagrégation de la couche neigeuse hivernale. L’évolution assez rapide sur le Nord-ouest de la Haute-Vienne, est quant à elle à mettre en relation avec le renforcement de la circulation océanique, envisagée par la modélisation climatique globale, et qui a sa contrepartie dans une augmentation des précipitations (voir cartes ad-hoc).

En comparant avec l’échéance 2000, on remarque que les évolutions les plus fortes se font généralement sur les zones de plus faible température hivernale, mais pas exclusivement, comme sur le sud de la Corrèze par exemple.

A noter que la représentation cartographique de l’évolution est assez bruitée, donc on ne tiendra pas compte des quelques pixels d’évolution négative.

Température Moyenne du Printemps

Température Moyenne de l’Hiver
2000

Qualité : 1
Erreur-type : 0,17°C

Cliquez pour télécharger la carte

Température Moyenne de l’Hiver
Evolution 2000 – 2050

Qualité : 2
Erreur-type : 0,06°C

Cliquez pour télécharger la carte

Température Moyenne de l’Hiver
2050

Qualité : 1
Erreur-type : 0,21°C

Cliquez pour télécharger la carte

Commentaires et interprétations

En moyenne zonale, c’est sur la saison du printemps que l‘évolution des températures est la plus rapide à la hausse. C’est à mettre en lien avec l’évolution à la baisse des précipitations (voir cartes ad-hoc) sur une majeure partie du domaine. La gamme d’évolution varie de +1,9 à +3,1°C en 50 ans. Dans la mesure où l’assèchement est plus important en vallées exposées, c’est là où se situent les évolutions les plus rapides. Les évolutions les plus radicales ont lieu dans le Morvan et sur la frange Sud-Est du Massif.
Si on compare les échéances 2000 et 2050, on voit que les températures les plus hautes, qui abordaient le Massif central par la frange Sud-Est en 2000 (température supérieure à 12,7°C) se répandent à environ 30% du territoire d’ici à 2050.

Cumul de précipitations

Cumul de précipitations Annuel

Cumul de précipitations Annuel
2000

Qualité : 
Erreur-type : 

Cumul de précipitations Annuel
Evolution 2000 – 2050

Qualité :
Erreur-type :

Cumul de précipitations Annuel
2050

Qualité :
Erreur-type :

Commentaires et interprétations

A modifier

Cumul de précipitations au Printemps

Cumul de précipitations au Printemps
2000

Qualité : 
Erreur-type : 

Cumul de précipitations au Printemps
Evolution 2000 – 2050

Qualité :
Erreur-type :

Cumul de précipitations au Printemps
2050

Qualité :
Erreur-type :

Commentaires et interprétations

A modifier

Cumul de précipitations en Eté

Cumul de précipitations en Eté
2000

Qualité : 
Erreur-type : 

Cumul de précipitations en Eté 
Evolution 2000 – 2050

Qualité :
Erreur-type :

Cumul de précipitations en Eté
2050

Qualité :
Erreur-type :

Commentaires et interprétations

A modifier

Cumul de précipitations en Hiver

Cumul de précipitations en Hiver
2000

Qualité : 
Erreur-type : 

Cumul de précipitations en Hiver
Evolution 2000 – 2050

Qualité :
Erreur-type :

Cumul de précipitations en Hiver
2050

Qualité :
Erreur-type :

Commentaires et interprétations

A modifier

Cumul de précipitations à l’Automne

Cumul de précipitations à l’Automne
2000

Qualité : 
Erreur-type : 

Cumul de précipitations à l’Automne
Evolution 2000 – 2050

Qualité :
Erreur-type :

Cumul de précipitations à l’Automne
2050

Qualité :
Erreur-type :

Commentaires et interprétations

A modifier

Les cartes AGRO-climatiques

Prairies

Cultures (hors prairies)

Méthodologie

Le référentiel climatique et agro-climatique du projet AP3C est constitué d’un réseau de stations météorologiques comprenant 8 à 10 points par département. Le nombre de stations a été raisonné de façon à pouvoir décrire les différents territoires constitutifs de chaque département et ainsi répondre aux objectifs du projet AP3C, tout en prenant en compte les moyens humains et financiers disponibles. A ce stade, la spatialisation était donc limitée à l’expertise humaine des conseillers agricoles qui font le rapprochement entre la situation réelle d’une parcelle agricole et une station météorologique de référence.

Ces données spatialisées sont obtenues grâce à une analyse mathématique et statistique du relief. En effet, les diverses variables climatiques et agro-climatiques sont fortement liées au relief, en partie de manière basique en longitude, latitude et altitude (X,Y,Z) mais aussi de manière plus fine et plus forte à des caractéristiques comme l’exposition, l’effet de vallée, de col, de dôme… C’est justement à ce genre de caractéristiques que permet d’accéder l’Analyse en Composante Principale (ACP) du relief.

Acteurs impliqués

Partenaires techniques et financiers